• Marie Mojaïsky

Améliorer la résilience du chien: une conférence de Patricia Mc Connell



Je vous propose ci-dessous le contenu d'une conférence donnée par le Dr Patricia Mc Connell (comportementaliste de renommée internationale) pour l'association de protection animale américaine, l'ASPCA.

La résilience (ou résistance au stress), est un thème très étudié dernièrement pour les humains aussi bien que pour les chiens. Il s'agit de la capacité d'adaptation à l'adversité ou source significative de stress.

Une bonne résilience peut permettre de prévenir des traumatismes, mais elle peut aussi être réduite suite à un traumatisme et peut être (re)développée pour en guérir.

Deux facteurs sont à observer pour l'étudier : l’intensité de la réponse du chien face à un stimulus extérieur stressant pour lui (immobilité, panique, agression…) et le temps de récupération pour revenir à la normale.

La résilience d’un individu dépend de sa génétique (caractère des parents), de son développement (chiot) et de son environnement actuel. C'est sur ce dernier que l'on peut agir pour aider un chien traumatisé à la développer. Selon le chien donc, les objectifs de résilience ne seront pas les mêmes car la génétique et le développement du chiot peuvent être des facteurs limitants à ce que l'on peut espérer.

Améliorer et développer la résilience est possible:

1) En créant un sentiment de sécurité

Ce sentiment sera d’autant plus facile à créer qu’on évitera de le soumettre à un excès se stimulations sensorielles auxquelles il réagit. Par exemple on isolera visuellement le chien de ce qui le stresse (passages des gens, des autres chiens…), et on réduira le bruit. On sera aussi attentif à l’odorat (par exemple on lui laisse la couverture avec son odeur rassurante).

Le sentiment de sécurité sera aussi renforcé en augmentant la prévisibilité de la vie du chien: par exemple en instaurant un emploi du temps régulier et précis, et en prévenant le chien de ce qu’on fait par des mots ou gestes…

2) En apportant un soutien social au chien

Selon le chien le soutien social le plus efficace sera un humain ou un autre chien. Il faut juste faire attention à ne pas en faire trop, parfois juste la présence est suffisante sans aller au contact si le chien ne le demande pas. Même si certains chiens semblent très asociaux, l’espèce canine est sociale et donc tout chien a un besoin social inhérent à son espèce.

3) En développant l’autonomie du chien

C’est un aspect essentiel pour l’équilibre mental du chien d’apprendre à faire des choix pour obtenir ce qu’il désire. Le travail d’éducation en renforcement positif (sans utilisation de la force) est particulièrement indiqué pour lui apprendre par exemple à toucher des cibles (la main), ou apprendre des tricks. Le chien comprend que son comportement a une conséquence sur le comportement de l’humain qu’il peut ainsi « contrôler ».

4) En prenant soin de ses besoins en exercice et en temps à l’extérieur (notamment besoin d'exploration), adapté à chacun.

Chaque chien a la capacité de pouvoir développer sa résilience.

Source : conférence proposée par l'ASCPA le 15 sept 2016

#résilience #stress #Comportement #Choix

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com