• Marie Mojaïsky

1er chicken camp - compte rendu


L’objectif de cette formation était d’améliorer la pratique du clicker training en l’appliquant au travail avec des poules mais aussi des chevaux, un chat et des chiens.

Le clicker est un petit boitier qui délivre un son « CLIC ! » lorsqu’on appuie dessus. Utilisé pour les apprentissages, ce son informe que le comportement est celui qui est recherché. Il est toujours suivi d’une récompense (renforçateur). L’intérêt du clicker est la précision avec laquelle on peut marquer le comportement. Des études ont aussi montré que le son du clicker agit sur les neurotransmetteurs du cerveau (dopamine). Il est utilisé dans les zoos (parfois remplacé par un sifflet) pour assurer la coopération des animaux lors des examens vétérinaires, ou certains dressages de spectacle (dauphins, otaries…)

Vocabulaire des lois de l’apprentissage :

- Conditionnement classique : le clic du clicker est un conditionnement classique car l’animal l’associe à une conséquence positive – la récompense (de façon involontaire)

- conditionnement opérant : l’animal va proposer un comportement pour provoquer le clic du clicker, s’il ne le provoque pas il cherchera un comportement alternatif (il y a réflexion).

Remarque importante : Avant de commencer il faut s’assurer que l’animal avec lequel on travaille n’est pas en état de stress. Un animal dans un état émotionnel de défense (« fuir », « faire fuir », « se figer », ou « faire semblant ») ne peut ni manger ni apprendre.

Particularités du travail avec les poules

La poule est loin d’être un animal bête comme les gens le pensent souvent. Elle est rapide dans ses mouvements et impatiente, et donc doit être souvent renforcée faute de perdre son attention.

Il faut commencer par l’observer, pour pouvoir reconnaître les petits mouvements qui précèdent un déplacement (déplacement du point d’équilibre par exemple, tête qui tourne…), voir les mouvements qu’elle peut ou ne pas faire spontanément.

Avec les poules le renforçateur (=la récompense) doit venir 1 seconde après le clic. Il faut rester bien immobile jusqu’au moment du clic et ne pas délivrer trop rapidement le renforçateur.

En premier lieu on travaille sur la capture spontanée d’un comportement de la poule. Par exemple en marquant (cliquant) lorsque la patte droite se lève. La poule apprendra alors à lever cette patte pour recevoir sa récompense. En quelques minutes j’ai pu obtenir avec répétitions que ma jolie poule blanche (super douée il faut le dire !) baisse la tête sur le côté juste en cliquant ce mouvement lorsqu’elle l’a fait d’abord par hasard.

Ensuite on travaille en « shaping », c'est-à-dire qu’on guide la poule avec le clicker jusqu’au comportement désiré en décomposant les différentes étapes nécessaires pour y aboutir. Il faut donc d’abord réfléchir à ces différentes étapes avant de commencer.

Pendant le stage nos poules ont travaillé différents exercices tels que de prendre un petit objet pour le déposer dans un anneau, discriminer une carte parmi les autres en la piquant du bec (la poule reconnait très bien les formes et les couleurs), se déplacer en 8 autour de deux cônes, pousser une petite balle… Le succès de ce travail dépend de notre capacité à marquer les comportements de la poule au bon moment et suffisamment souvent pour qu’elle reste engagée.

Particularités du travail avec les chevaux

Les chevaux sont des animaux facilement excitables et nerveux, qu’il faut garder calmes pendant le travail car leur taille et puissance peut les rendre dangereux (même les petits pur sangs avec lesquels nous avons travaillé). Avec les chevaux il faut donc délivrer la récompense particulièrement doucement, avec un ample mouvement de l’épaule et vers le bas.

Les exercices de bases sont les suivants :

- politesse : détourner la tête de nous (ce qu’on leur demande en tenant nos mains fermées sur notre poitrine)

- target : toucher de notre poing bras tendu

- tête en bas : surtout pour les chevaux anxieux car cette position libère la dopamine

- les 2 antérieurs sur une cible

- les oreilles en avant : aussi un signe de bien être à privilégier

A la fin pour ne pas le frustrer, on lui met 2-3 récompenses au sol en disant que c’est fini.

Particularités du travail avec le chat

Il faut trouver un objet de motivation (jouet ou nourriture) suffisant pour amener le chat à coopérer, et garder les séances très courtes. Pour tous d’ailleurs les séances doivent s’arrêter avant que l’animal ne se lasse pour qu’il soit plus réceptif à la séance suivante.

Ici le chat a travaillé à lever sa patte droite, en étant motivé par un jouet (caché derrière le dos avant le clic)

Un peu de travail avec le chien

Nous avons travaillé sur les chaines de comportements, c’est à dire lorsqu'un signal doit provoquer plusieurs comportements à la suite. Par exemple quand la porte s’ouvre (le signal) le chien doit aller à sa place, se coucher et y rester. Pour cela le chien doit savoir exécuter séparément chaque élément du comportement désiré sur signal du maitre (ici le couché, et le ta place). A chaque étape le clicker (utilisé en fin d'étape) sert à indiquer au chien qu’il a fait le bon comportement.

- Pour apprendre l’ensemble du comportement, on commence par demander le dernier élément (couché), puis on l’associe à l’élément précédent en demandant un ta place (« ta place – couché »).

- Après plusieurs répétitions le seul mot « ta place » suffit pour avoir l’ensemble « ta place-couché ».

- On peut alors ajouter l’élément suivant « ouverture de porte » en l’associant au mot « ta place »

= on ouvre la porte et on dit « ta place ».

- Après plusieurs répétitions l’ouverture de porte seule provoque un « ta place – couché ».

On pourrait ensuite ajouter le son de la sonnette d’entrée… et cela ferait un apprentissage utile aux chiens qui sautent sur les invités !

En conclusion ce fut deux jours de formation bien complets, où malgré le fait que nous avions toutes déjà de solides bases de connaissance nous avons toutes pu apprendre de nouvelles choses en pratiquant.

Le soir je me suis encore amusée à faire travailler mes grands et petits neveux au clicker pour me faire servir l'apéritif ou juste par jeu (à savoir le clicker est aussi utilisé pour l'entrainement très sérieux des humains).

Merci à Pat d’avoir organisé ce camp, et j’espère que ses intentions d’inviter d’autres formateurs expérimentés tels que Robert Bailey, le premier à organiser des chicken camp se réaliseront.

Le Dr Pat Rérolle est certifiée par la Karen Pryor Academy (USA), Jacinthe Bouchard (Canada) et le Dr Joël Dehasse (Belgique)

Centre du Bien Etre Animal – Formations – 78610 Les Bréviaires

#clicker #formations

23 vues

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com